Soleil nocturne

 

La lune est pleine et se prend pour un soleil au milieu des étoiles. La mer à paillettes blanches à l’horizon, ondule. Le silence. J’aimerais le silence. Pourquoi ce besoin de dire, de prononcer, de rompre le silence. En cet instant, il serait si bon de se taire. Il serait si bon de laisser ses pensées prendre le large. Naviguer. Je ne parle pas. Parfois, je les écoute. Ils font du bruit. Ils me semblent qu’ils font du bruit pour faire du bruit. Le petit crabe orange me chatouille le mollet droit. Personne ne s’en rend compte. La mer mousse entre les galets. Des pensées s’en vont et s’en viennent. Les vagues portent tous les rêves et tous les souhaits de l’Homme. L’eau s’infiltre entre mes orteils écartés. Des pensées étranges me traversent. Elles s’en vont ricocher sur la mer. Partent en voyages, portées par les vagues, vers d’autres regards. Parfois se mélangent à des pensées étrangères  pour en créer de nouvelles et s’accoupler dans d’autres yeux, d’autres imaginaires. Près des cailloux, des bestioles se baladent, au même rythme que mes pensées roulent sur la plage. Derrière, des dormeurs. Je leur fais silence. Leurs rêves s’envolent dans les airs, auprès de la lune et des étoiles. Une étoile filante vient de passer. Était-ce la seule de cette soirée? Qui l’a vue? J’aimerais faire un vœu. Je ne sais quoi souhaiter. J’observe le ciel. Cela suffit. La mer et ses paillettes blanches. Les bateaux immobiles. L’eau lèche les galets et discute avec mes pieds. Le temps passe ainsi. Selon les minutes, il se contracte ou s’étire…

Jessica Luhahe (2003)

 

 

–> Retour à Liste des textes

Aller à  / /  VIDEO / / AUDIO / / PHOTO / / TEXTE  / / GRAPHIC

Next Post

Previous Post

© 2018